Derniers Articles

Parkinson, sophrologie, yoga et mindfulness

Maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative, évolutive.
Due à une perte des neurones de la substance noire, impliqués dans le contrôle du mouvement, elle se caractérise essentiellement par des symptômes moteurs: lenteur du mouvement, tremblements de repos, rigidité musculaire et instabilité posturale. Les facteurs de risque peuvent être d’origines diverses (environnementaux, génétiques…) mais restent encore largement méconnus. Aujourd’hui, le traitement est uniquement symptomatique, ce qui permet à la personne d’améliorer son quotidien. À ce jour, il n’existe aucun traitement pour guérir la maladie de Parkinson.
Pour en savoir plus sur cette maladie vous pouvez cliquer sur ce lien

C’est un sujet qui me tient d’autant plus à coeur que ma mère en est atteinte depuis bientôt plus de 6 ans. C’est hélas une maladie où la personne se voit diminuer chaque jour, il n’y a pas réellement de remèdes miracles et l’entourage est très démuni devant cette pathologie.

Il sera proposé au parkisonien en plus des médicaments, des séances de Kinésithérapie spécialisées, de la sophrologie, de la méditation, du yoga, de la marche, de la danse etc.

Il existe des sophrologues spécialisés dans ce domaine souvent recommandés par des neurologues.

Sophrologie et Parkinson

Le bien-être émotionnel d’un malade influence fortement son état moteur, et inversement. La sophrologie est donc particulièrement adaptée aux troubles liés à la maladie de Parkinson :

Elle permet aux malades de trouver un équilibre entre leurs émotions, leurs pensées et leurs comportements.
Elle les met dans un état de conscience modifiée, grâce à laquelle ils sont à la fois relâchés et vigilants à toutes leurs sensations.
Elle leur apprend à trouver en eux les ressources permettant de mobiliser leur corps de façon consciente.
Elle les rend conscients de leur schéma corporel, de leur respiration et de leurs sensations.

Au Quebec il existe des centres où le malade est pris en charge complètement, serait il en avance sur nous ? 🤨
Je recommande un livre dont se sert ma mère pour ses exercices de motricité et qui est très bien fait : Rééducation et maladie neurologique que le Docteur neurologue Marc Ziegler et le kinésithérapeute Jean Pierre Bleton ont élaboré ensemble. Lien

Yoga et Parkinson

En ce qui concerne le yoga, on pourra proposer des exercices très doux et surtout en pleine conscience. J’ai trouvé une étude très intéressante sur le sujet sur le site de jama network (neurologie jama) dont je vous mets le lien

Mindfulness et parkinson

Après quelques recherches sur internet, je suis tombée sur le site de l’institut des maladies neurodégénératives à Bordeaux qui propose un programme de mindfulness de 8 semaines élaboré par Jon Kabat-Zinn et je trouve sincèrement que cela devrait être proposé plus souvent dans les services de neurologies. Je vous mets le lien : IMNB


Associations: France Parkinson

Yoga, Sophrologie et Fybromyalgie

Qu’est-ce qu’une fibromyalgie ?

« La fibromyalgie est un syndrome caractérisé par des douleurs diffuses dans tout le corps, douleurs associées à une grande fatigue et à des troubles du sommeil. Ce syndrome n’entraîne pas de complications graves, mais est très éprouvante et empêche souvent la personne qui en souffre d’accomplir ses activités quotidiennes ou de fournir un travail à temps plein.

Cependant, la fibromyalgie est encore mal connue et mal comprise. Bien que les douleurs soient réelles et très pénibles, les médecins ne parviennent pas à détecter de lésion ni d’inflammation permettant d’expliquer ces symptômes. Pour cette raison, la fibromyalgie a suscité certaines polémiques dans le milieu scientifique, à tel point que des médecins ne croyaient pas à son existence. Aujourd’hui, il semble que certains facteurs physiologiques (anomalies du système nerveux, perturbations hormonales, etc.) et génétiques soient en cause. Des événements extérieurs (traumatismes, infection…) pourraient aussi être impliqués. Les causes exactes demeurent toutefois incertaines. L’existence de ce syndrome est reconnue depuis 1992 par l’Organisation mondiale de la Santé. »

Je vous invite, si vous avez envie d’en savoir plus, à cliquer sur le lien qui suit : https://www.passeportsante.net

Un premier conseil que je peux donner pour la personne atteinte de fybromyalgie, c’est de consulter son médecin traitant, en qui elle a confiance, qui saura la diriger vers des praticiens spécialisés : kiné, psychiatre, psychologue, sophrologue, ostéopathe, acuponcteur etc.
Des associations d’entraide existent aussi, c’est important car les fybromyalgiques se sentent souvent très seuls, je vous mets les liens:

https://fibromyalgiesos.fr/rdv2/

https://www.fibromyalgie-france.org/

Le Yoga et la Fybromyalgie :

La personne atteinte des symptômes de fybromyalgie est très souvent en guerre contre son corps douloureux et en arrive à le détester.
Pour retrouver confiance, une pratique très douce du yoga peut-être un déclic positif, cela l’aidera à retrouver des sensations agréables au niveau de son corps. Il est recommandé d’en faire à titre préventif et non pendant les pics douloureux.
Je ferai prochainement une vidéo sur des mouvements tout doux pour les articulations et les muscles: séance debout, assise, couchée, que vous pourrez faire chez vous tranquillement.

La Sophrologie et la Fybromyalgie :

En complément du yoga, la sophrologie peut aider à mieux gérer la douleur.
On emploie souvent des techniques de défocalisation ou de focalisation sur celle-ci. La respiration abdominale ainsi que l’allongement de l’expiration sont très importants pour mieux appréhender les états de crise.

La sonothérapie peut être aussi d’un grand bienfait pour apaiser le corps et l’esprit grâce aux ondes Alpha et Beta.
Je vous invite à lire cet article très intéressant sur les ondes.

https://www.passeportsante.net

Addiction : que peut apporter la sophrologie ?

Définition de l’addiction :

L’addiction, dépendance, autrefois assuétude, est l’envie répétée et irrépressible de faire ou de consommer quelque chose en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour s’y soustraire.

On parle d’addiction pour désigner un phénomène de manque qui se manifeste lorsqu’une personne est privée d’un besoin et que ce besoin n’est pas vital (sommeil, nourriture). Cette addiction est dite grave si son sevrage entraîne de la violence ou de l’agressivité.

La prise en charge et l’étude de l’addiction relèvent de la discipline de l’addictologie. En plus des médecins addictologues, un important maillage de soins spécialisés est disponible sur le territoire Français.Wikipédia

Je vous invite à aller consulter le site de l’IRSEM ci-dessous :
[https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/addictions]

Exemple d’addiction aux cigarettes

En sophrologie, il doit y avoir une bonne alliance entre le praticien et le patient ainsi qu’une grande motivation pour arrêter les cigarettes. Si la personne est juste là, poussée par son entourage ou la peur, il y a peu de chance que cela marche.

Il y a bien sûr plusieurs cas de figures :

1- La personne en consomme énormément dès le matin
2- Cigarettes du soir pour se relaxer après une journée de travail
3- Cigarettes festives dans une soirée.

Dans le premier cas, cela va demander plus de séances, car l’addiction est très ancrée, il sera important de se faire aider par des patchs (nicotine pour le manque), un suivi psychologique et bien sûr de la sophrologie ou de l’hypnose. Dans le deuxième cas, c’est un travail plus sur le stress et ce que procure la cigarette (dopamine), le troisième cas, c’est plus une cigarette sociale pour se sentir à l’aise et décontracté avec l’entourage.

En sophrologie lors de la première séance, un entretien avec le sophronisé est indispensable pour comprendre quel est son type d’addiction, son mode de vie, sa motivation, etc.

Après avoir étudié avec lui ou elle ce qu’il sera nécessaire de faire comme pratiques, le sophrologue peut proposer de la relaxation, des exercices corporels, des pratiques respiratoires, des ancrages, des visualisations futures positives (ex. : se voir marcher sans être essoufflé, être moins fatigué le matin au levée, avoir une plus belle peau, etc.)
Cela va peut-être demander plusieurs séances, de la répétition, il y aura forcément du découragement, mais aussi une fierté et un retour à une estime de soi.

Attention je ne remplacerai jamais les spécialistes.

Les bienfaits du thé Matcha

Aujourd’hui, je vais vous parler des bienfaits du thé Matcha, on peut le consommer à n’importe quelle heure de la journée et pour ma part j’aime tout particulièrement le mélanger avec du lait d’amande le matin au petit déjeuner.

« Le matcha est une fine poudre de thé vert d’excellence, traditionnellement utilisé pour la cérémonie du thé. Il est issu de la meilleure qualité de camélia. Un soin tout particulier est apporté à la culture de ce thé. Quelques semaines avant la récolte, les buissons de thé sont couverts pour les protéger de la lumière directe du soleil.

Cela ralentit la croissance de la plante, rend ses feuilles plus sombres et renforce la production d’acides aminés qui adoucissent le goût du thé et élèvent son taux en catéchines. Ces jeunes feuilles de thé (appelées « tencha ») sont ensuite séchées et moulues en une poudre très fine, d’un vert clair  » Femmes actuelles

Les bienfaits sur la santé :

Chargé en vitamines A C E , il a une une action anti vieillissement, anti oxydant, il est très bon pour l’immunité, (on en a vraiment besoin en ce moment). Naturellement il vaut mieux l’acheter bio.

Lien d’une recette du cake au matcha : Délicieux 😋

Video sur la Cérémonie du thé

Les bienfaits de la sophrologie et de la méditation quand on est hypocondriaque.

Petite définition de l’hypocondrie :

« Persuadée d’être gravement malade dès le moindre symptôme suspect, la personne hypocondriaque consulte de nombreux médecins, passe toutes sortes d’examens mais n’est jamais rassurée. Ou seulement provisoirement, jusqu’à la prochaine « crise ».
Si les problèmes de santé sont imaginaires, l’ angoisse, elle, est bien réelle.
 »

Les symptômes de l’hypocondrie :

« L’hypocondrie se manifeste sous forme de « crises » ou de façon constante. Douleurs, palpitations, crampes, fourmillements, boutons suspects, retards de règles… Les moindres signes physiques sont interprétés par l’hypocondriaque comme les symptômes d’une maladie grave, potentiellement mortelle. Souvent, la peur d’être malade génère elle-même certaines réactions physiques (sensations d’étouffement, vertiges, cœur qui cogne dans la poitrine…). Cet emballement peut aller jusqu’à la crise d’angoisse aiguë ou attaque de panique. » Doctissimo

Nous vivons en ce moment avec la menace constante d’attraper la Covid-19, ce qui n’arrange rien pour les hypocondriaques qui sont pris de panique dès qu’ils ont un peu mal à la gorge, à la tête ou une très légère fièvre. Je sais de quoi je parle.

Premier conseil

Évitez les forum de santé, les informations anxiogènes, certes il faut s’informer mais juste ce qu’il faut.

Deuxième conseil

Quand vous sentez la crise de panique arriver, un seul moyen la respiration, mettez vous sur votre tapis de yoga, banc de méditation, une chaise confortable ou allongez vous sur votre lit, les pieds un peu surélevés, respirez en allongeant au maximum l’expiration, concentrez vous sur votre respiration abdominale, imaginez que rien ne peut vous atteindre, que vous êtes protégé. Si vous avez un grigris porte bonheur ou un doudou prenez le dans votre main, si vous sentez que votre respiration ou votre cœur s’emballe, posez le sur votre poitrine ou si vous avez mal au ventre posez le sur celui-ci.
Il existe une très belle pierre protectrice qui s’appelle labradorite, je vous conseille d’en acquérir une, pour ma part elle m’a sauvé bien des fois, même si c’est un effet placebo.

Troisième conseil

Pour prévenir les crises de panique et vous sentir rassurer vous pouvez pratiquer des méditations de protection, de force et de distance.

Quatrième conseil

Une séance de sophrologie sur un lieu agréable que vous aimez, que vous pourrez mémoriser et retrouvez facilement à tout moment de votre vie.

Vous pourrez bientôt écouter deux enregistrements :
Une pratique de sophrologie sur le lieu agréable et une méditation dite de la montagne.

Postures de yoga, respirations que l’on peut pratiquer pendant les règles

En général au niveau des postures elles seront plutôt allongées ou assises.

Allongé :

Assis :

Autres postures :

Respirations :

  • Nadi shudi (respiration alternée)
  • Respiration sur 2 temps sur l’inspiration et 4 temps sur l’expiration
  • Respiration complète (allongée)
  • Respiration abdominale

Méditations :

  • Sur le chakra sacrée (visualisation) couleur orange, symbole.
  • Sound Bath relié au chakra sacrée
  • Son Vam

Quand les règles sont hémorragiques, douloureuses ou que vous avez des problèmes d’aménorrhée : évitez toutes les postures debout reliées à la force, sur le ventre, les torsions, les postures inversées, toutes les respirations comme Kapalabhati ,Bhastrika, Nauli, les rétentions.

Privilégiez la détente, le cocooning, les boissons chaudes type tisanes comme l’ortie, bourses à pasteur quand les règles sont hémorragiques, l’alchemille et plein d’autres. N’hésitez pas à demander des conseils à un naturopathe, herboriste ou tout simplement votre pharmacien car les plantes ne sont pas sans dangers.

Bien entendu ne pratiquez pas l’auto médications ou l’auto diagnostique, demandez toujours conseil à votre médecin traitant.

Yoga et règles

Encore de nos jours, le sujet reste tabou : dois-je pratiquer le yoga pendant mes règles ? J’ai bien sûr envie de répondre oui et encore oui. Chaque femme devrait pouvoir adapter ses postures de yoga en conscience selon que leurs règles sont douloureuses, hémorragiques, accompagnées de nausées, de migraine, d’une grande fatigue ou d’une grande tristesse.

Chaque respirations, gestes, postures, méditation peuvent aider à soulager tous ses maux et à ne pas appréhender ce moment qui revient tous les 28 jours environ, rythmant la vie d’une femme.

Il y a très longtemps en Inde, les femmes et les hommes pratiquaient ensemble un yoga qui était très proche du chamanisme, mais petit à petit s’est installé un patriarcat : les religieux (védantiste) n’étant plus que des hommes, les femmes furent reléguées aux tâches domestiques. On retrouve encore des traces du yoga ancestral chamanique chez les tantristes et les shivaïstes.

Fin du XIXe siècle, début du XXe siècle, le yoga se pratiquait dans les ashram, bien à l’abri des regards, visant à trouver l’équilibre entre le corps et l’esprit pour atteindre un autre état de conscience. Mais celui-ci était toujours pratiqué par des hommes et enseigné exclusivement aux hommes. Ce n’est que vers le milieu du XXe siècle, grâce à de nombreux yogis comme Iyengar, Sivananda et bien d’autres, qu’il va s’exporter un peu partout dans le monde, notamment aux États Unis à partir des années 1940. C’est vers 1960 que le yoga va exploser sur la côte Californienne et se mélanger au culte de la beauté, si en vogue là-bas. Vous voyez ou je veux en venir, non ? Mais si bien sûr, aux femmes !

En Occident cette discipline va devenir une pratique principalement féminine, il n’y a qu’à voir les magazines. En Inde de plus en plus de femmes vont enseigner le yoga dont la fille d’Iyengar : Geeta qui va écrire un livre s’intitulant « Yoga : le joyau de la femme ».

Après cette petite histoire du yoga très simplifiée, revenons à nos moutons, enfin plutôt à nos règles. Je recommande bien sûr de lire des livres sur le sujets, et cela ne manque pas, le yin yoga, le Luna yoga, l’hormone yoga, etc.

Et si vous avez envie d’aller encore plus loin, poussez la porte de ces enseignements spécialisés car vous serez plus à l’aise de parler de sujets que l’on ne peut pas aborder dans d’autres cours plus généraux.
Dans un prochain article, je vais vous indiquer des postures faciles, respirations et méditations à faire pour pouvoir vous soulager un peu. Chaque règles est unique car nous sommes toutes différentes et nous le valons bien.

Namasté,

Patricia de Sophro Flowers